Exposition: Le Maroc profond, du 9 février au 30 Avril 2015 Tazegzout Golf House, à Taghazout-Agadir

10 février 2015 | 0
J'expose du 9 février au 30 Avril 2015: affiche expo golf club, taghazout-Agadir Maroc LE MAROC PROFOND   Peindre le Maroc profond n’est donné qu’à un artiste, lui-même, doué d’une certaine profondeur, enracinée en lui, ne le quittant guère. Et, la profondeur du Maroc, quand bien même séculaire, n’est perçue que par ses hommes et dans ses hommes ; dans, évidemment, ses femmes aussi. Ce sont justement ces hommes et ces femmes que la brosse de l’artiste peintre et sculpteur Abdallah Aourik nous révèlent en couleurs et en gestes Ô combien significatifs ! Ils sont ainsi peints, chacune et chacun, dans leur aire géographique et historique les caractérisant ; l’angélique brosse d’Aourik suit leurs mouvements dans une extrême simplicité mais avec une forte allusion évocatrice de leurs expressivité… Rien ainsi ne lui a échappé de ce qui fait leur authenticité amazighe ancrée en eux et en elles. L’artiste promène avec brio son regard et son imagination fertile pour nous rappeler la diversité, mais dans le même temps, l’homogénéité de ses sujets, essentiellement humains. Ainsi s’offrent à nos yeux les bonnes femmes du Nord avec leurs costumes bigarrés, tissés par leurs mains agiles dans une laine pure, elle-même œuvre de leur fuseau infatigable. Puis, viennent égayer notre regard les laborieuses Soussies œuvrant, la joie aux lèvres, pour extraire de l’arganier son suc bienfaiteur, leurs gestes ayant été rendus dans leurs menus détails. Les séduisants chameliers du Grand Sud se dressent devant nos yeux avec leurs frêles mais fermes silhouettes, drapés dans d’amples gandouras et bleus turbans. Le tout est couronné par la prestance imposante de Tihia qui trône en Reine amazighe, symbole de féminité récalcitrante mais foudroyante de beauté. Enfin, le “aza” amazighe sculpté, les bras ouverts au ciel, nous accueille tout en nous rappelant la profondeur de la terre qui l’a vu naitre et qui nous tous vus naitre dans ce Maroc profond. Lahcen Nachef

Leave a Reply

Trackback URL | RSS Feed for This Entry